MACAO

le mur long et rose surmonté de volutes conchyologiques
enserre le jardin géométrique de plats de bande, massifs
et charmilles
montant vers l'ocre et le sucré du palais,
au dessus de l'isthme immobile
sauf la voile d'une jonque.
en contrebas, la chine s'exécute
frénétiquement dans le vacarme d'odeurs.

Au total, quelques kilomètres carrés, s'ils étaient en plaine
.
md 3 mars 1986
retour à la page d'accueil