Le Classique des Trois Caractères, un compendium du rudiment


C'est en 1966, au Pérou, que je fis connaissance de ce manuel d'enseignement élémentaire. Mon professeur de cantonais me le présenta tout naturellement comme le manuel du débutant car il était utilisé par la diaspora liménienne qui tentait -désespérément à vrai dire - d'inculquer à ses enfants les principes d'une Chine devenue mythique et lointaine. Au vu du document, je déclinais l'honneur et lui préférais une méthode de celles qu'on dit pédagogiques. Heureusement, la partie n'était que remise. Dix ans plus tard, à Singapour, mon professeur de mandarin lui fit à nouveau traverser mon chemin, un chemin que je ne devais plus quitter et qui se terminait (provisoirement ) en 1984 par la soutenance d'une thèse à Paris VII. J'en donne ici une très brève présentation assortie d'une traduction revue et corrigée du Classique. Ce nouvel avatar est daté de juillet 2001 (M. Deverge )

Le Sanzijing est un des textes les plus connus dans la mémoire personnelle et collective des Chinois, dont le nom ne risque pas de se perdre pour plusieurs raisons.
Le classique a été, pendant quatre ou cinq siècles et de manière presque universelle au dix-neuvième, le premier manuel d'enseignement des petits enfants chinois âgés de huit ans qui avaient accès à l'éducation. L'apprentissage se faisait par cœur, lecture et récitation de groupe accompagnées d'un balancement du corps pour donner le rythme. Il marquait d'une manière indélébile les mémoires et y imprimait le rudiment. Il était encore couramment enseigné dans les années cinquante à Taiwan.
Les éditions, mises à jour de la partie historique et adaptations furent innombrables : catholique, protestante (17 rééditions ), bouddhique (sous les Ming ), Taiping (Nankin, 1853, avec l'imprimatur impérial ), mandchou, coréenne, japonaise, vietnamienne (le texte était au programme de l'école des fonctionnaires annamites de Saigon au début du vingtième siècle ). La conservatrice Restauration de Tongzhi (1862-1874 ) et son programme de promotion de l'éducation firent du texte l'instrument uniforme d'alphabétisation. Le régime communiste contribua à la survie de sa mémoire. Dans le cadre de la campagne " critiquez Lin Piao, critiquez Confucius " des brochures aux tirages impressionnants attaquèrent " ce livre noir, Classique de la duperie, de la réaction, dont la diffusion fut un poison largement répandu ". La campagne passée, une version révolutionnaire parut à Chengdu en 1980 !
Un tel succès et une telle longévité du modèle et de la référence sont dus à un contenu qui justifie le sous-titre de compendium et qui recouvre, en termes si simples qu'ils sont de véritables mots clés, toute l'orthodoxie confucéenne. Foin des problèmes de robinets et d'appréhension de l'environnement : Sont en revanche balayées toutes les notions cosmologiques, cosmogoniques, numérologiques, historiques, littéraires et morales utiles à faire pousser la graine de lettré jusqu'à la porte du grand concours. Le Classique était politiquement correct. Il n'aborde absolument pas les questions religieuses (bouddhisme ou taoïsme ) dont l'initiation relevait plutôt du gynécée. Il instruisait l'enfant être social et sujet de l'empereur ; en aucun cas il ne s'intéressait à sa vie intérieure.
La résilience du texte se mesure aussi au nombre de ses stances passées dans l'usage populaire des proverbes et dictons et à celui des rééditions contemporaines suscitées à la fois par la renaissance des nationalismes culturels et la recherche du livre sapientiel dans la critique des modèles occidentaux. Enfin, et ce n'est pas rien, sanzijing est l'impérissable euphémisme poli derrière lequel se cache l'équivalent (composé de trois caractères ) de notre mot de cinq lettres. Voilà comment on dit mot de Cambronne en chinois.

En substance, le Classique des Trois Caractères est
- un livre d'instruction des caractères par la méthode la plus globale et la plus passive qui soit
- un livre de formation par la sélectivité des signaux qu'il imprime dans l'esprit des jeunes enfants
- un livre d'éducation civique, sociale, politique, personnelle et relationnelle
- une encyclopédie qui contient tous les aspects de la culture du monde officiel et des lettrés
- un manuel de pédagogie dont le contenu pétri de certitudes impose une didactique de la reconduction
- un condensé du beau style dont la concision de l'expression est une caractéristique majeure
- un résumé des programmes officiels pour les futurs candidats aux concours littéraires d'accès à la fonction publique

Wang Yinglin, un lettré de la fin des Song du Sud et du début des Yuan (1223-1296 ) est unanimement donné comme l'auteur du Classique. Beaucoup d'indices vont en effet dans ce sens mais aucune preuve ne l'établit définitivement. Cette incertitude pourrait paraître étrange si on ne rappelait le statut subalterne de la littérature populaire en Chine. Dans un rescrit de 1772, l'empereur, désireux de construire une bibliothèque nationale, ordonnait de fournir au palais copie des ouvrages de valeur tombés dans l'oubli…à l'exclusion (entre autres ) des ouvrages scolaires populaires !

C'est la version qu'a écrite (ou aurait pu écrire ) Wang Yinglin (356 vers de 3 caractères soit 1068 caractères généralement, distribués en quatrains ) dont je donne ici la traduction. La partie historique est donc arrêtée à la réunification de la Chine sous l'égide des Mongols de la dynastie des Yuan. Les sous-titres qui suivent sont des ajouts destinés à mettre en valeur la composition de l'ouvrage : ils n'existent pas dans le texte original traditionnellement présenté en continu et sans ponctuation. Entre parenthèses, on ajoute les sous-entendus du texte dont l'absence rendrait la lecture quelquefois difficile.

De la nature de l'homme, de la nécessité de l'éducation et de la piété filiale (44 vers )
De la leçon de choses et de numérologie (66 vers )
Des bons livres (68 vers )
De la leçon d'histoire (88 vers )
Des personnages illustres et exhortations à l'étude (90 vers )

A signaler sur Internet une page en anglais sur le Classique avec le texte chinois et un lien vers la page également unique consacrée à Wang Yinglin !
retour à la page d'accueil